Congé de maternité : que dit la loi ?

Le congé de maternité est octroyé à toutes les femmes qui travaillent en vue de son accouchement. Le congé de maternité se composé de deux périodes : la prénatale et la postnatale. Toutes les salariées quels que soient leurs postes ou leur ancienneté dans l’entreprise dont droit à un congé de maternité selon l’article 28 de la CCN des CHR.

Quelle est la durée du congé de maternité ?

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour définir la durée du congé de maternité d’une salariée. Tout dépend de sa situation familiale et son nombre d’enfants. En moyenne, une femme a droit à 16 semaines de congé de maternité, dont 6 avant la naissance et 10 après. À partir de la 3ème naissance, elle a droit à 26 semaines de congé dont 8 avant et 18 après. En cas de naissance de jumeaux, son congé dure 34 semaines dont 12 avant et 22 après. Pour des triplés ou plus, la salariée a droit à 46 semaines de congé, dont 24 avant et 22 après. Ces délais ne sont tout de même pas figés et peuvent changer cas par cas. En cas de naissance prématurée, la durée de congé après l’accouchement est prolongée jusqu’à obtenir les 16 semaines normales. En cas d’accouchement tardif, la mère aura plus de 16 semaines de congé postnatal puisque les 10 semaines ne seront comptées qu’à partir de la naissance du bébé. Dans tous les cas, la salariée peut modifier la répartition des congés prénataux et postnataux.

Que se passe-t-il dans le cas d’un arrêt pathologique ?

En raison de l’état de santé de la salariée, elle peut bénéficier d’un arrêt de travail. Cet arrêt doit être attesté par un certificat médical et vient s’ajouter au congé de maternité. Sa durée est limitée à deux semaines avant l’accouchement et quatre semaines après l’accouchement. Il est à noter que le congé d’état pathologique peut être uniquement prénatal ou postanatal.

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*