Bail commercial, vérifiez le contenu avant de signer !

La signature d’un bail commercial est souvent faite dans la hâte, quand on a l’impression d’avoir trouvé la bonne affaire et qu’on ne veut plus qu’elle nous échappe entre les mains ! Il faut dire que presser le client est une des méthodes des agents immobiliers pour conclure un achat, une vente ou une location de logement. Cependant, ralentissez la cadence et lisez bien le contenu de ce bail ! C’est l’occasion de trouver les petits pièges et de bien négocier avec le propriétaire.

Le type de location

Il faut bien faire attention au type de location porté à l’usage du logement et qui est indiqué dans le bail commercial. En outre, parfois le propriétaire ne déclare pas automatiquement qu’il s’agit d’un bail commercial alors que vous allez utiliser le bien pour vos activités commerciales. En effet, pour le bail non commercial, la durée du contrat est inférieure à deux ans.

La durée de la location

Soyez également vigilant sur la durée du contrat. À savoir qu’une fois cette durée est arrivée à son terme, le propriétaire a le droit de reprendre son logement ou de réviser le prix du loyer. Si vous prévoyez d’exercer une activité commerciale sur le long terme, vous devez réviser la durée de la location avec le bailleur.

Les charges

En principe, les travaux de réparations locatives et de petit entretien sont à la charge du locataire, tandis que les grosses réparations et les rénovations liées à la vétusté du logement sont à la charge du propriétaire. Parfois, ce n’est pas bien spécifié dans le contrat, et tout est tout imputé sur la facture du locataire.

Le pas-de-porte

Certains baux commerciaux exigent un pas-de-porte à verser, mais parfois cela demeure une zone d’ombre. Il est important de spécifier la nature exacte du loyer s’il s’agit d’une indemnité pour le bailleur ou d’un supplément de loyer.

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*